La meilleure façon de devenir adulte : Aller à l’étranger !

L’eau a coulé sous les ponts depuis ma première aventure à l’étranger, sans aucun ami et très loin de chez maman. C’était en 2007, après avoir obtenu mon diplôme du Level-A. Une fois parti à Montréal au Canada, j’ai décidé d’étudier les langues romanes, mais avant toute chose je devais travailler mon français. J’ai étudié le français pendant 6 ans mais cela faisait deux ans que je ne l’avais pas pratiqué. J’aimais l’idée de voyager et de faire le globe-trotteur, mais la France me semblait trop ennuyante. J’ai donc décidé d’aller au Canada, la ville de Montréal était l’heureuse élue !
Il m’est difficile de décrire mes sentiments et mes impressions lorsque j’attendais seule mon avion à l’aéroport, pensant à la fois à toutes les choses que je laissais derrière moi et à tout ce qui m’attendait à l’étranger. La première aventure de mon voyage ne s’est pas fait attendre : mon premier vol (entre Franckfort et Londres) a été retardé et j’ai eu a peine le temps de changer de terminal pour me rendre à celui de Londres Heathrow. J’ai eu l’occasion de rencontrer d’autres allemands, qui eux aussi devaient se dépêcher pour rejoindre leur vol. Avec leur aide, j’ai pu comprendre comment changer d’aéroport : Il fallait prendre un bus. Et comme nous étions au Royaume-Uni, le conducteur du bus conduisait du coté gauche de la route, une expérience terrifiante et effroyable pour nous autres allemands. Pendant le trajet, je ne cessais d’imaginer comment je pourrai faire si jamais je manquais mon vol : Mais je fus soulagé une fois que j’eus posé le pied sur le sol canadien, saine et sauve.
Lors de mon arrivé, je me trimballais deux énormes valises (oui, on était autorisé à enmener deux bagages!) et j’ai immédiatement trouvé le gentleman de l’école de langue qui est venu me récupérer à l’aéroport. Tout allait bien jusque là, j’aurai pu arriver dans ma famille d’accueil et tout de suite me mettre au lit.(pensez au décalage horaire entre l’Allemagne et le Canada!). Mais j’ai dû patienter car nous devions encore attendre deux autres gars qui arrivaient aussi à ce moment là et qui devaient également aller dans la même école que moi. Mais… ils n’arrivaient pas ! Je ne me rappelle pas combien de temps nous avons dû attendre avant que nous les trouvions enfin. Leurs valises avaient été perdues durant le voyage, ce qui peut provoquer un long retard. Je me sentais très chanceux d’être préparé à toute éventualité, comme perdre son bagage, étant donné que j’avais sur moi de quoi pouvoir me débrouiller. Mais je ne pouvais m’empêcher de me sentir désolé pour les deux autres, arrivant les mains vides.
Une fois arrivé à la maison de ma « mère d’acceuil », il était déjà minuit passé (selon l’heure canadienne) ce qui voulait dire que mon horloge biologique réclamait son petit déjeuner mais tout ce que je voulais, c’était dormir. Pendant les premiers jours de mon arrivée à ma nouvelle (et temporaire) maison, j’ai eu le temps de découvrir la ville et de m’y accoutumer. L’école a d’abord commencé avec des tests d’évaluation afin d’apprécier ma capacité et mon niveau de langue. Et enfin, les « vrais » cours ont démarré. Pendant 4 semaines, j’ai eu des cours de français le matin ainsi que des cours de préparation pour un stage. Les cours du matin étaient très distrayants et intéressants, mais ceux de l’après-midi étaient un peu déconcertant puisqu’il n’y avant que Lena, une autre allemande et moi même dans ce cours. On a appris beaucoup, et c’était certainement plus simple étant donné que nous étions dans un petit groupe. Lena devint vite une très bonne amie !
L’école de langue fournissait des cours d’anglais et de français, ce qui représentait une belle opportunité pour recontrer plein de gens incroyables venants du monde entier. Malheureusement, à cette époque, les réseaux sociaux n’étaient pas aussi populaires qu’aujourd’hui et j’ai, par conséquent, perdu contact avec les gens que j’ai connu au Canada. J’aurai aimé revoir quelques-uns de ceux que j’ai rencontré là bas et voir comment ils ont évolués ces dernières années.
Après 4 semaines de cours de langue, j’ai démarré mon stage chez AMARC, une organisation qui connecte les stations de radio communautaires du monde entier. Je devais couper des données audio, mettre à jour les pages d’accueils et traduire de l’anglais au français, j’ai vraiment aimé cette expérience professionnelle.
L’école organisait de nombreux voyages pour nous, et nous avons eu l’opportunité de participer chaque jour à un nouvel événement : allant du dinner en groupe aux pic-nics, des matchs sportifs à la vie nocture, et de New York à Toronto. L’offre était simplement incroyable ! Une semaine nous étions à New York ; l’autre à Tonroto puisaux chutes du Niagara ! Le jour où j’ai vu ces chutes d’eau vertigineuses était certainnement le meilleur de ma vie , et je le pense encore 7 ans après ! Et ce, même après avoir vu pleins d’autres parties du monde et avoir rencontré des tas de gens géniaux ! Mais être dans un lieu aussi doux qu’accueillant, avec des gens qui vous sont chers, est une expérience qui n’arrive qu’une fois dans une vie.
Après deux incroyables mois, nous avons malheureusement dû tous nous séparer, le stage touchant à sa fin. Je suis parti avec des souvenirs exceptionnels en réalisant le premier véritable challenge de ma vie, et à cette époque, cela m’a permis de grandir et de devenir plus indépendant.
Cette expérience m’a changé,en me permettant de me découvrir et de connaître les meilleurs moments de ma vie !

Post-scriptum

Une fois retourné en Allemagne, je me suis rendu compte que l’une de mes deux valises était toujours à Londres !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


*

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *